Le portail de la formation tout au long de la vie
LU
DE
EN
FR
PT
Vous êtes ici: Accueil

Employeur et salarié: vers un tandem gagnant-gagnant par la Formation Professionnelle Continue

INFPC, le 29-11-2006

Conférence - Employeur et salarié: vers un tandem gagnant-gagnant par la Formation Professionnelle Continue





Photomontage: INFPC

La conférence-débat théâtralisée organisée par l’INFPC le mercredi 22 novembre a attiré un public nombreux au Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster. Plus d’une centaine de personnes, évoluant pour la plupart dans le contexte de la Formation Professionnelle Continue (FPC) et du développement des ressources humaines, étaient présentes pour échanger de l’incidence de la FPC sur la compétitivité et l’employabilité. Originalité: la présence d’acteurs sur scène pour mieux faire passer le message!

L’INFPC a proposé une conférence fondée sur un principe d’interactivité entre le public et six experts de la FPC réunis autour d’une table ronde. Pour ce faire, deux petites scènes de théâtre, spécialement conçues pour l’événement ont déclenché la réflexion. De surcroît, l’intervention d’un modérateur, en la personne d’Eric Monnoyer, de la société "ION+ Human Resources Services", a fourni une impulsion dynamique deux heures durant et a donné lieu à l’ouverture de dialogues constructifs. Il est à noter que les membres de la table ronde provenaient de secteurs très variés: monde syndical, patronat, formation en entreprise, conseil en formation, ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle et Conseil d’administration de l’INFPC.

Mady Delvaux-Stehres, ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, qui s’était déplacée pour l’occasion, a replacé brièvement la FPC dans son contexte politique et a salué les efforts réalisés par les entreprises en matière de formation. Elle a souhaité encourager les différents acteurs à poursuivre les actions engagées pour promouvoir la FPC auprès des entreprises, notamment à travers la législation ayant pour objet le soutien et le développement de la FPC.

La FPC face au défi de la compétitivité et de l’employabilité

D’emblée, Marc Hostert, président du Conseil d’administration de l’INFPC a posé le cadre de la conférence, en revenant sur son titre: "Restez branchés, exaltez les talents! Compétitivité de l’entreprise et employabilité au cœur du débat". Ce slogan, adressé à la fois aux entreprises et aux salariés représente un véritable défi commun. La FPC est envisagée, ici, non pas sous l’angle de ce qu’elle représente - en termes de contenus ou de dispositifs pédagogiques - mais comme un levier stratégique de compétitivité. Elle se positionne ainsi en tant que facteur de performance et de pérennité pour l’entreprise. Par ailleurs, la FPC est au service de l’employabilité, autre enjeu important, car elle contribue à accroître la capacité des individus à s’adapter aux exigences des organisations internes et aux évolutions du marché du travail. L’employabilité peut-elle faire l’objet d’une responsabilisation partagée entre les entreprises et les salariés?

Au terme de la conférence, riche de nombreuses discussions et de multiples échanges entre le public et les intervenants, plusieurs idées forces se sont dégagées.

De la notion de talent à la notion de compétence

Selon Aly Schroeder, directeur à la Formation professionnelle au ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, le terme "talent" n’apparaît pas dans la législation sur la FPC en vigueur au Luxembourg. Les textes se réfèrent aux termes "compétence" et "qualification", ce qui traduit le "savoir en actes". Le domaine des compétences est celui du savoir utile ou du savoir agir. On distingue les compétences requises pour un poste de travail des compétences en présence chez l’individu. D’où, l’importance de la définition et de la structuration de ces compétences, notamment dans une perspective d’évaluation. En effet, la difficulté d’évaluer les compétences lors d’un recrutement ou d’un entretien annuel est bien réelle, mais des outils peuvent être utilisés afin de réaliser des vérifications. Il s’agit de mesurer l’écart entre compétences requises et compétences détenues par le candidat. Les compétences sont néanmoins facilement détectables "sur le terrain", c’est-à-dire dans le travail au quotidien du salarié, selon Jean Marx, chef du secteur formation chez Arcelor-Luxembourg. La mesure des compétences a également, dans ce cas, un rôle important, car elle permet d’évaluer les besoins en formation professionnelle.

Instaurer un climat de formation

Des moyens financiers sont bien évidemment nécessaires pour investir en formation au sein de l’entreprise et l’engagement volontariste du chef d’entreprise est ici fondamental. Depuis l’entrée en vigueur de la législation ayant pour objet le soutien et le développement de la FPC en 2.000, une prise de conscience s’est opérée au sein des entreprises. Ces dernières sont de plus en plus nombreuses à solliciter l’aide financière de l’Etat pour leurs investissements en matière de FPC. En 2004, la formation professionnelle continue a concerné près de 250.000 actions de formation dans 365 entreprises. L’Etat a soutenu l’effort de ces entreprises à hauteur de 18 millions d’euros. Pour Marc Hostert, "c’est dans la matière grise qu’il faut investir et si les entreprises ne le font pas, c’est le marché qui leur apprendra". Un "climat de formation", pour reprendre l’expression de Valérie Maurer-Marchal – consultante formation chez Reval Consulting - s’installe peu à peu dans les entreprises. Il convient de s’efforcer de le conserver et de l’améliorer.

Développer la motivation des salariés

Du côté des salariés, on assiste à une demande croissante en formation: les personnes sont de plus en plus motivées pour suivre des formations. Ernest Pirsch - président de Fegarlux - note cependant que la formation suscite le plus d’intérêt chez les salariés quand elle se déroule pendant leurs heures de travail. On touche ici à la question déterminante de la motivation des personnes à s’investir dans leur propre processus de formation. Pour Jean-Claude Reding, président du bureau exécutif de l’OGB-L, 'il importe de ne pas adopter une approche trop utilitariste de la part de l’entreprise et d’intégrer la dimension de l’individu'. Jean-Claude Reding propose plusieurs leviers d’amélioration de la motivation, notamment l’activation de l’instrument législatif, le développement d’instituts de formation sectoriels, davantage de souplesse dans l’organisation du temps de travail, en d’autres termes, une approche plus positive des entreprises face aux demandes de formation.

Mieux communiquer

Le rôle capital de la communication a été souligné: il s’agit d’informer pour mieux impliquer, selon Dominique Matera, chargé de direction de l’INFPC. L’accent sur une meilleure communication doit conduire à une appropriation par chacun des enjeux actuels que représente la FPC, à la fois pour l’entreprise et pour l’individu. Pour Valérie Maurer-Marchal, la FPC est un système multi acteurs à l’intérieur duquel les responsabilités doivent être partagées. Et Jean Marx complète en indiquant qu’il faut une implication commune de l’entreprise et de l’individu dans une stratégie "gagnant-gagnant".

Législation à venir

Un outil en gestation au Luxembourg et qui suscite beaucoup d’intérêt, notamment dans le monde syndical, selon Jean-Claude Reding, est la VAE: validation des acquis d’expérience. Ceci permet de faire certifier ses compétences acquises par expérience professionnelle, en référence à un diplôme. Cette disposition, faisant partie d’un projet de loi portant réforme à la formation professionnelle, devrait être, selon toute probabilité, votée dans les semaines à venir.

L’image à conserver de cet événement, est sans aucun doute celle du tandem qui a été apporté sur scène dans les toutes dernières minutes. Deux sièges: l’un pour l’employeur, l’autre pour le salarié, deux points de vue différents, mais l’un ne peut pas avancer sans l’autre et inversement.

Conférence - Employeur et salarié: Domique Matera

Dominique Matera

Photo: INFPC

Conférence - Employeur et salarié: Eric Monnoyer et Mady Delvaux Stehres

Eric Monnoyer et Mady Delvaux Stehres

Copyright photo: © SIP

Conférence - Employeur et salarié: Intervenants à la table ronde

Intervenants à la table ronde

Photo: INFPC

Conférence - Employeur et salarié: Le tandem, symbole du binôme employeur-salarié

Le Tandem, symbole du binôme employeur-salarié

Photo: INFPC

Relevé des principales dispositions légales en relation avec la conférence.

Information à la presse communiquée par

Institut National pour le développement de la Formation Professionnelle Continue (INFPC)
Etablissement Public
38, rue de l’Avenir
L-1147 Luxembourg
T ++ 46 96 12-1 F ++ 46 96 20
infpc@infpc.lu
www.infpc.lu

Personne de contact

Sophie Thomé 
T ++ 46 96 12-221
sophie.thome@infpc.lu

 

Imprimer Tout voir/cacher
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Envoyer à un ami
Voir toutes les news
 
 
Jan Fév Mar Avr
Mai Juin Juil Aoû
Sep Oct Nov Déc
Cette page vous a-t-elle été utile? Votre avis nous aide à améliorer ce site. Envoyez vos commentaires au webmaster. Oui Un peu Non
lifelong-learning.lu utilise des cookies

En consultant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies nécessaires à la navigation et permettant de réaliser des statistiques.

Vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment dans votre navigateur.

OK En savoir plus