Le portail de la formation tout au long de la vie
LU
DE
EN
FR
PT
Vous êtes ici: Accueil

L'orientation professionnelle: un objectif, une direction, une volonté...


Antonio De Carolis
Claudine Colbach
Coordinatrice à la Maison de l'Orientation
Maison de l’orientation
www.maison-orientation.lu
Nadine Goetzinger
Valerie Lecoq-Thieltgen
Psychologue graduée
Centre de Psychologie et d’Orientation Scolaires, CPOS
www.cpos.public.lu



Jean-Paul Ochem
Danielle Klein
Réceptionniste
Adem
www.Adem.lu

Si l'orientation n'a pas la même signification à 15 ou à 45 ans, les questionnements demeurent cependant identiques: que faire de sa vie professionnelle? Comment trouver un travail épanouissant et valorisant? Quelles sont mes compétences personnelles et professionnelles. Lesquelles dois-je développer?

Celle-ci est une réflexion personnelle qui doit être avant tout mûrie, estime Claudine Colbach, coordinatrice à la Maison de l’orientation: "C’est tout un processus. Ce n’est pas une décision qui se prend sur un coup de tête ou à la légère. C’est tout un cheminement, un travail de réflexion, sur soi, sur ses envies, sur sa carrière professionnelle. Il faut pour cela se donner du temps. Au risque de débuter sur un échec. Et notre mission c’est également de l’expliquer aux gens", précise-t-elle.

"Formez-vous!"

Ouverte en septembre 2012, la Maison de l’orientation est un guichet unique avec une structure commune, composée de 5 administrations et services dédiés aux personnes souhaitant s’orienter dans la vie scolaire, étudiante et active.

Concrètement, elle aide les jeunes et les adultes à identifier leurs intérêts, leurs capacités et compétences; elle les soutient également dans l’élaboration et la réalisation de leur projet scolaire ou professionnel.

Environ 38 personnes y travaillent, dont 14 éducateurs gradués, 9 psychologues, 1 pédagogue, 1 assistante sociale. "Le 1er réflexe de tous nos collaborateurs et collaboratrices, c’est de dire à ces personnes: "Formez-vous". Que ce soit dans le cadre d’une première formation ou dans celui de la formation continue.", indique la coordinatrice de la Maison de l’orientation. "Si le diplôme que vous recevez est un ticket d’entrée, ce n’est pas tout: il faut aussi être flexible et disponible pour des formations, pour garantir son poste."

La Maison de l’orientation abrite le Centre de Psychologie et d’Orientation Scolaire (CPOS). Valérie Thieltgen-Lecoq y travaille comme psychologue graduée: "Nos missions couvrent, entre autres, 2 grands volets d’intervention: les consultations d'orientation scolaire et l'accompagnement psychologique ou thérapeutique pour des problèmes personnels", détaille-t-elle.

Accompagner - aider à réfléchir et à agir

Les adolescents et jeunes adultes constituent certes le public-cible. Mais le CPOS reçoit aussi des lycéens, des apprentis, des étudiants universitaires, des jeunes adultes. Il accompagne également des adolescents et jeunes adultes ayant décroché scolairement ou professionnellement, pour des raisons personnelles, familiales, scolaires ou professionnelles.

La tâche consiste ici à clarifier leur situation, à mieux connaître leurs parcours antérieurs, leurs échecs et leurs succès, pour mieux les aider. Il s'agit aussi de les informer sur les voies de qualifications scolaires et professionnelles pour adultes, ceci en collaboration notamment avec les autres services de la Maison de l’orientation.

"Notre philosophie est d’accompagner la personne en l’aidant à réfléchir sur elle-même et à agir d’elle-même", confie la psychologue graduée. "Plus généralement, nous sommes à l’écoute des gens, et nous restons ouverts à tout ce qu’ils amènent: que ce soient leurs besoins, leurs attentes, leur expérience, leur passé. Il s’agit de les aider à consolider leur puzzle personnel et à trouver les pièces manquantes pour pouvoir mener à bien un projet d’orientation et à l’ancrer dans la durée. Nous avons donc là un véritable rôle d’accompagnement, de soutien et d’encouragement."

En juin 2011, Danielle Klein a dû à 45 ans se résigner à abandonner son métier d’aide-socio-familiale, pour des raisons de santé. Elle l’exerçait depuis 12 ans. Opérée trois fois pour des complications dorsales, elle est, après 52 semaines de maladie, "tombée" dans une mesure de reclassement externe, sans aucune chance de continuer à exercer d’autre travail dans le secteur, faute de qualifications adéquates. "Tout s’est alors comme écroulé autour de moi. Ce métier avec les personnes âgées me plaisait tellement et me faisait beaucoup de bien. Et je ne savais pas ce que j’allais désormais faire… ", se rappelle-t-elle.

Inscrite à l’Adem comme demandeur d’emploi, il lui manque les connaissances de secrétariat et d’informatique pour aspirer à un travail de bureau. En septembre 2011, elle suit alors une formation d’assistante informatique (EDV-Assistentin) auprès de l’asbl Zarabina.

Si on y croit vraiment, on peut y arriver

"Il fallait que je fasse cette formation et que je la réussisse, car c’était, à mon âge, ma vraie dernière chance de me réorienter" reconnaît-elle. "Durant la formation, j’ai tout de suite réalisé que j’étais sur la bonne voie. Je voulais travailler à l’accueil, dans une administration ou chez un médecin. Il fallait donc que je connaisse l’informatique et poursuive cette formation jusqu’au bout."

Fin novembre 2012, après le stage, elle est invitée à l’Adem pour un entretien, dans le cadre de son reclassement externe. L’agence Belval, qui recherchait une personne pour l’accueil, souhaitait faire sa connaissance et envisageait de l’engager pour ce poste.

"Je suis principalement chargée de l’accueil des clients: je les reçois, les renseigne et les oriente vers le bon service. Cela me plaît, car j’aime bien le contact avec les gens. J’aime bien les aider et leur apporter une réponse rapide et précise", se réjouit-elle.

La leçon qu’elle tire de cette expérience et qu’elle souhaite avant tout faire partager: "Si on veut quelque chose, et qu’on y croit vraiment, on peut y arriver. Surtout quand il s’agit de se réorienter, de changer de métier et de revenir à plus de 45 ans sur le marché du travail."

Pour cela, il faut tout d’abord avoir un objectif et une direction. "Il faut également être sûr de ce que l’on veut faire et être en phase avec ses souhaits", ajoute-t-elle. "Alors, on trouve bien souvent la volonté et la force de persister dans la voie que l’on s’est fixée, et d’atteindre son but. Pour cela, les autres peuvent vous aider et/ou vous aiguiller. Mais au final, c’est toujours vous qui en dernier lieu décidez de la voie à suivre et des moyens pour y parvenir."

 

Imprimer Tout voir/cacher
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Envoyer à un ami
Voir toutes les news
 
 
Jan Fév Mar Avr
Mai Juin Juil Aoû
Sep Oct Nov Déc
Cette page vous a-t-elle été utile? Votre avis nous aide à améliorer ce site. Envoyez vos commentaires au webmaster. Oui Un peu Non
lifelong-learning.lu utilise des cookies

En consultant ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies nécessaires à la navigation et permettant de réaliser des statistiques.

Vous pouvez modifier les paramètres des cookies à tout moment dans votre navigateur.

OK En savoir plus